La trahison du réel : Unica Zürn, portrait d'une schizophrénie
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 03 Avril 2019
Résumé | Test Complet | Images
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Redaction


8/10

Scénario et dessin : Céline Wagner

Unica Zürn est une écrivaine et artiste surréaliste allemande largement oubliée de nos jours, qui est né en 1916. Bien que son travail intègre des aspects de contes de fées, Zürn ne s'éloigne jamais très loin de la réalité cruelle précoce. Le suicide de sa mère a eu lieu alors qu'elle n'était qu'une enfant et son œuvre suggère qu'elle a grandi dans divers états traumatiques. Après un divorce au cours duquel elle a perdu la garde de ses deux enfants, Zürn a déménagé à Paris pour vivre avec le surréaliste Hans Bellmer, devenant ainsi son modèle. Bien qu'aujourd’hui, il soit presque instinctif de qualifier de sadiques les photographies de Bellmer - ramenant les femmes à des formes difficilement reconnaissables en tant qu'êtres humains -, il convient également de reconnaître qu'il a défié les possibilités de l'artiste et de sujet, ce que Zürn avait a dû remarquer. Dans les célèbres poupées tordues de Bellmer, il est question de la perturbation des rôles sexuels et la remise en question de la norme par des actes de contorsion. Mais contrairement à Bellmer, qui a contourné les corps, l'écriture de Zürn déforme les attentes. Comme beaucoup d'autres femmes du mouvement surréaliste, Zürn est passée de muse à artiste, se tournant vers le dessin et l'écriture pour refuser cette défiguration. Pendant toute sa vie d'adulte, Zürn a souffert de dépression et a expérimenté (ou s'est auto-traitée) avec des drogues, y compris des psychédéliques.

En 1960, elle a été institutionnalisée après avoir eu des hallucinations. On pense maintenant qu'elle souffre de schizophrénie, une chose explorée dans Les Trompettes de Jéricho, qui pourrait être considérée comme une sorte de (anti) catharsis - une personne qui choisit de plonger directement dans ses désirs réprimés, dans ses nombreuses ténèbres. La sombre fantaisie de Zürn peut parfois sembler picturale, ses textures évoquant les toiles viscérales de son compatriote surréaliste Francis Bacon. Ses propres dessins - il s’agit essentiellement d'œuvres à l'encre monochrome, largement angulaire et moins émotive que ses textes, offrent des artères et des veines audacieuses qui retracent le fonctionnement interne des hallucinations de Zürn. Encouragé par Bellmer, Zürn appliqua une méthode connue sous le nom d'automatisme, dans laquelle les rendus sont laissés principalement au hasard, car l'artiste laisse la plume bouger, à travers un exercice de pensée subconsciente, sur la surface du papier. Cela était considéré comme une sorte de remède contre "l'hystérie". Dans son roman gra­phique, Céline Wag­ner dissocie le réel (représenté en bleu) de l'hallucination (dépeinte en rouge), avant que tout finisse par ne faire qu'un ensemble incohérent tel l'esprit fragmenté de Zürn. Hantée par la figure du grand hypnotiseur, l'auteure sombre peu à peu dans un imaginaire où elle semblait attendre la fin de sa souffrance.

VERDICT

-

Un roman graphique surprenant qui nous dresse un portrait de Zürn telle qu'elle se représentait dans ses œuvres. L'ambiance apparaît ainsi déstructurée, surréaliste, et nous plonge dans un esprit malade, créatif, qui bouscula les conventions, mais qui savait déjà que son aventure ne se terminerait pas bien.

© 2006-2019 PlayAgain.be - Tous droits réservés